Tous les chevaux, aux Poneys Plume ne portent plus de fers…

 

C’est grâce à Bijoux que je suis venue à la podologie équine, il était impossible parfois de le ferrer, son pied était si fragile que sa paroi se cassait. Il fallait donc lui mettre de la résine pour pouvoir brocher les cloux.

 

pieds nus

J’ai suivi un stage avec Anouk Nathan (http://afpn.free.fr).

Et puis Michel Camboni a bien voulu m’emmener pour me montrer son travail. (http://www.marechalferrant-paragenaturel.fr).

J’ai lu les livres de Pete Ramey, Votre cheval pieds nus,

crbst_couverture0

et celui de Xavier Méal, Le parage naturel.

crbst_xavier_couv

 

 

J’ai ensuite commencé à déferrer un à un les chevaux du troupeau.

Ils sont  une dizaine à vivre et à travailler pieds nus toute l’année.

 Tout cela rendu possible par un mode vie adapté à leurs besoins et à leur nature!

 

Voilà le constat éthologique (science du comportement) :

 

Le cheval est fait pour vivre dehors toute l’année, marcher une trentaine de kilomètre par jour afin de trouver de l’eau et de quoi se nourrir. Il mange que de l’herbe à faible valeur nutritive. Il peut se déplacer sur tout type de sol, seulement s’il en a été habitué auparavant.

Il est fait pour vivre en troupeau, avec des individus de tout âge, afin d’éduquer les plus jeunes à la survie de l’espèce.

Il a besoin d’interactions sociales avec ses congénères, pour jouer mais aussi pour établir des relations hiérarchisées assez complexes.  

Ainsi, que l’équi-piste des Poneys Plume a vu le jour…

C’est-à-dire que les chevaux vivent dehors toute l’année sur 42 Ha, mais pas seulement puisqu’ils marchent dans de longs couloirs, afin d’aller boire dans le ruisseau, et des petits paddocks d’herbe sont  mis à disposition. Je fais du pâturage tournant ; il y a en fait une dizaine de parcelles modulables et je peux laisser du temps entre chacune pour permettre la repousse de l’herbe, éviter les zones de refus et casser le rythme parasitaire.  Des prélèvements coprologiques sont réalisés régulièrement afin de gérer le risque parasitaire. Il n’y a plus de vermifugation systématique et chimique, de façon raisonnée les huiles essentielles sont une bonne alternative.

Tout est encore perfectible, notamment dans les couloirs où les chevaux ne marchent pas assez sur des sols caillouteux et l’aménagement  est prévu pour cet automne.

Mais grâce à cela, les chevaux ont pu travailler pieds nus tout l’été.

Seuls deux d’entre eux (un cheval SF ferré depuis plus de 10 ans avec un HI/LO syndrome et une jument déferrée 1 mois et demi  auparavant) , sur les randos un peu plus sportives, ont du par moment, sur des sols difficiles,  porter des chaussures… des chaussures adaptées! 

Le bilan de cette première année pieds nus est positif!

Et je continue ma formation  en traînant sur le net notamment, régulièrement sur le blog de Guillaume Parisot,  http://podologie-equine-libre.net  avec qui j’ai organisé un premier stage en novembre 2013 avec de nombreux participants ravis de repartir avec des informations et/ou un protocole à mettre en place à la maison!

Depuis, je suis en mesure d’accompagner chaque pathologie, chaque transition en respectant l’équilibre du pied, la capacité des chevaux à retourner à la pleine santé est puissante, laissez les vous guider.